La monnaie au temps du Moyen âge

by Elav
finances ordinaires

L’évolution de la technologie a changé le mode de transaction dans toute la nation. Toutefois, les activités de la banque ne datent pas d’hier. En effet, les opérations de prêt et le dépôt d’argent se sont développées. Par ailleurs, le pouvoir économique joue un rôle important, notamment sur le marché de changes, ainsi que les sociétés de commerce. De ce fait, au temps du moyen âge, il existait deux sortes de finances.

Savoir davantage sur les finances ordinaires et extraordinaires

Les finances ordinaires consistaient en revenus du domaine corporel et incorporel couvrant les dépenses de fonctionnement de la puissance publique. D’une part, le domaine corporel était constitué de la forêt, fiefs, censive et la rente. D’une autre part, le domaine incorporel était conçu par des droits. Ces dernières provenaient essentiellement du domaine royal en constituant l’ensemble des terres et des droits appartenant au roi.

Par ailleurs, les finances extraordinaires sont des revenus supplémentaires sous forme d’impôts. Ce dernier revêt sur deux facettes, notamment les impôts directs et indirects. Ils apparaissaient au XVIe siècle sur quatre nouveaux prélèvements, comme les aides, la gabelle, les traites et le fouage. Leur perception était assurée par les élus qui les affermaient, centralisée et administrée par les receveurs généraux.

Distinction entre les deux finances 

La distinction entre les finances ordinaire et extraordinaire s’était dissimulée avec la création du trésor de l’épargne. En effet, la restauration, le principe budgétaire met fin à cette distinction, cette dernière renait brusquement pour des grandes opérations d’investissement. A l’ère actuelle, seuls demeurent des dispositifs voisins, notamment les budgets annexes, retraçant les comptes de certains services locaux.

Facebook Comments